Fashioning MakeUp

De la mode au maquillage, il n’y a qu’un pas. La frontière est si ténue entre ces deux univers qu’ils se confondent le plus souvent. Qui influence qui ? Là est la question. La réponse parait évidente: l’un et l’autre, réciproquement bien sûr ! Le phénomène est ancien, les exemples nombreux. Chez les puissants d’abord, qui, pour marquer les esprits, impressionner, adoptent le « total look », lancent les modes, et donnent le ton, bien avant l’arrivée des magasines féminins et les cahiers de tendances. Ainsi, les vêtements, comme le maquillage sont codifiés en fonction de la classe sociale.

Au lendemain de la première guerre mondiale, les années folles résolument tournées vers la modernité, font souffler un vent de liberté sur la société occidentale et jusqu’aux confins de l’Asie. La mode féminine subit alors de profonds changements grâce à la disparition du corset, au raccourcissement des jupes, à la coupe de cheveux à la garçonne, au maquillage…

 

Jadis réservé à la scène, le maquillage descend enfin dans la rue. Il connait un développement sans précédent tout au long du XXème siècle et c’est toujours le cas aujourd’hui. Les premiers makeup artists mettent d’abord leur talent au service du septième art, mais ne tardent pas à être sollicités par des industriels fabricants de maquillage ou de grandes maisons de couture qui, après le parfum, lancent leur ligne de maquillage et les harmonisent avec leurs collections couture au fil des saisons.

Cette exposition créée par le Musée A la Carte ® pour MakeUp in Paris, propose de découvrir trois périodes clés de l’histoire de la mode et du maquillage au XXème siècle à travers une sélection de vêtements, accessoires de mode et de beauté provenant des collections Camilli et Martin-Hattemberg.